Une pause nécessaire pour les parents et les proches aidants

|   Actualités

Pour les parents d’un enfant atteint de handicap moteur cérébral, le quotidien s’avère souvent très contraignant. Il est d’autant plus important qu’ils puissent de temps en temps se reposer et reprendre des forces. C’est pour cela que nous proposons des escapades à prix préférentiel.

S’accorder quelques jours en amoureux, se détendre, partir en randonnée: ces envies en soi modestes relèvent souvent, pour les parents d’un enfant handicapé moteur cérébral, du rêve plus que de la réalité. 
Pourtant, c’est justement pour eux qu’il est si important de s’accorder une pause dans un quotidien harassant. S’occuper d’un enfant handicapé exige énormément de temps, d’efforts et d’énergie. Pour éviter de s’épuiser totalement, il est nécessaire de savoir faire une pause à temps.

Manger tranquillement: un luxe
Nous offrons aux parents ainsi qu’aux proches aidants de personnes atteintes d’un handicap moteur cérébral la possibilité de prendre des mini-vacances à tarif préférentiel dans différents hôtels de Suisse. Ils choisissent leur destination sur catalogue, et nous prenons en charge une partie de leurs frais de séjour. 
Cette offre procure aux personnes concernées un soulagement bienvenu, comme en témoignent les nombreux retours que nous recevons. Ainsi, Stephanie et Andreas Fritschi, d’Eschlikon, nous écrivent: «C’était si bon, pour une fois, de ne pas devoir lutter en permanence et de se laisser dorloter». Et cette maman d’un enfant handicapé raconte: «Pouvoir juste profiter du moment et être de nouveau un couple, pas une équipe soignante: retrouver cette sensation est immensément précieux.» Pouvoir savourer un délicieux menu au restaurant en prenant tout son temps fait partie du plaisir pour les Fritschi. Stephanie explique: «D’habitude, les repas avec notre fils Jonas sont extrêmement stressants.»
Brigitte Gerber, de Wyssachen, et Françoise Oppliger, de Krauchtal, expriment à peu près la même chose. Toutes deux mères d’un enfant handicapé moteur cérébral, elles se sont déjà accordé plusieurs fois quelques jours de repos ensemble. «Ce sont chaque fois des séjours merveilleux et inoubliables, qui nous permettent de retourner auprès de nos enfants pleines de force et d’élan. Nous sommes très reconnaissantes à la Fondation Cerebral pour ces précieuses parenthèses.»

Retour